Il peut arriver qu’après un soin énergétique ou une séance de magnétisme, le patient passe par un état qui semble empirer : un gros blues, mal de cœur, vertiges, grande fatigue, diarrhée, plaques rouges sur la peau, apparition de boutons…

Toutes sortes de symptômes sont possibles. Et alors là, souvent, c’est la panique ! On espérait aller mieux, et voilà que tout part en vrille ! Rassurez-vous, ce genre de « crise salutaire » est fréquent, et c’est plutôt le signe que le soin a été efficace, et que les émonctoires, organes d’évacuation du corps, se sont mis en route pour le grand nettoyage.

Qu’est-ce qu’une crise salutaire ?

Voyons un peu comment cela fonctionne, mais d’abord, comprenons bien le sens de tous ces mots (en langage des oiseaux, nous dirions maux) que le corps nous exprime. Qu’est-ce qu’une crise salutaire ? Prenons le sens de ces deux mots séparés afin de mieux comprendre ce qu’il peut se passer lorsqu’on se sent tout dérangé après un soin énergétique. Le petit Littré nous donne pour « crise » : Terme de médecine. Changement qui survient dans le cours d’une maladie et s’annonce par quelques phénomènes particuliers, comme une excrétion abondante, une hémorragie considérable, des sueurs, un dépôt dans les urines, etc. Crise heureuse. Crise funeste … Crise magnétique, nom de l’état où tombent les personnes magnétisées ». Pour salutaire, il est dit dans le Petit Littré : « Utile pour la conservation de la vie, de la santé, de l’honneur, pour le salut de l’âme, etc. » et l’encyclopédie Française ajoute « Qui aide à conserver ou à rétablir un bon état physique ou moral, qui est nécessaire à garder un bon équilibre ».
On comprend bien de quoi il s’agit ! Les expressions (mots, maux) du corps physique pouvant survenir après un soin magnétique ou énergétique sont souvent la suite d’un effet sur l’un des 5 émonctoires du corps dont l’action principale consiste à évacuer miasmes, toxines, et autres déchets inassimilables.

Émonctoires, mon cher Watson !

Ces 5 émonctoires, sont les organes spécialisés, entre autre, dans l’évacuation des déchets. De leur bon état dépend évidemment notre bien-être. Ces organes sont : le foie, les reins, les poumons, la peau et les intestins.
Lors d’un soin au cabinet, le travail essentiel de départ est de nettoyer le corps des déchets qui engorgent nos tissus, les empêchant de bien fonctionner, créant ainsi les symptômes qui poussent le patient à consulter (symptômes ou dysfonctionnement des corps physique, mental ou émotionnel). Ces symptômes sont souvent dus aux excès de la vie trépidante que nous menons aujourd’hui : mauvaises habitudes alimentaires, vaccins, médicaments en tous genres, stress, pollutions de toutes sortes, métaux lourds, ondes, difficultés de communication ou de relation…
Les émonctoires, sans être forcément malades, deviennent moins efficaces. Un soin doux mais efficient les incite à se remettre en route, et la crise salutaire intervient entre 3 heures et… Parfois 3 semaines, selon le type de soin reçu.
Jusque là, c’est clair, mais alors me direz-vous, si vous venez consulter plutôt pour un soin psycho-énergétique, parce que vos difficultés sont plutôt d’ordre professionnel ou relationnel, quel peut bien être le lien avec le foie, les reins ou l’intestin ?

Une pensée pour les intestins

Dans le corps humain (mais comme partout ailleurs en fait) tout est lié, rien n’est séparé ; il fonctionne comme un parfait système en symbiose et chacune de nos cellules communique avec la cellule voisine, chacune d’elles dépend des autres cellules.
Ainsi, le siège de l’expression des émotions ne se trouve pas dans le cerveau ni le cœur, mais bien dans… Les intestins. Pour le neurogastroentérologue Jean Fioramonti « L’intestin a le même nombre de neurones que le cerveau. Il est le seul organe à avoir son propre système nerveux » ; on le qualifie même de 2ème cerveau. Il faut dire que sont activité est d’une rare complexité, il doit terminer certaines digestions afin de fabriquer et faciliter l’assimilation des nutriments, vitamines et minéraux, transformer totalement certains aliments pour les rendre opérationnels, synthétiser des antibiotiques naturels et même produire entre 70 et 85 % des cellules immunitaires de l’organisme qui innervent les organes et 95% de la sérotonine, un neurotransmetteur qui participe à la gestion… des émotions ! Sa parois, étanche aux fibres et autres éléments non assimilables (mais essentiels car participant au transport du bol alimentaire) doit rester poreuse pour laisser passer tous les autres éléments nécessaires à la vie du système organique, un tri sévère que la moindre altération contrarie.
Bref, il en fait beaucoup, beaucoup, et lorsqu’il fatigue, il sature… Et doucement, on est plus fatigué, plus irritable, plus susceptible, moins courageux… Outre que l’on éprouve plus facilement les maux qui sont devenu hélas ordinaires : ballonnements (ça me gonfle !), diarrhées, (ça m’irrite !), constipation et flatulences (ça me pourri la vie !)… Le monde qui nous entoure devient soudain moins supportable !
Tout ça rend un peu irascible et les petites difficultés de la vie deviennent des gros problèmes (ça me prends la tête !) car évidemment, lorsque le corps crie douleur à un endroit précis, l’ensemble du système vital se mobilise sur la sauvegarde du point de fragilité. Comment supporter des collègues eux-mêmes sous tension quand on a déjà mal au ventre, alors qu’on est fatigué, que les cerveaux ne fonctionnent plus qu’à 60 % de leurs capacités tant ils sont mobilisés pour tenter de survivre aux agressions qui s’accumulent (stress et autres malnutritions susmentionnées) ?
Les énergies vitales se bloquent, elles ne circulent plus, et c’est le cercle infernal : médicaments, paresse intestinale, surcharges de déchets, douleurs, antidouleurs…
Un soin énergétique permet de remettre en circulation des énergies au point de faiblesse. Dès l’apport de cette nouvelle énergie, l’intestin se remet à fonctionner et assume à nouveau son rôle principal : évacuer. Si le milieu est trop acide par exemple, cela provoque une diarrhée.

Mais que faire alors ?

Quel que soit le soin énergétique et l’endroit où il agit, il faut boire de l’eau et rester tranquille. Pas de veillée trop longue ou trop agitée, pas de sport. L’idéal est de se reposer, de manger léger, et de boire la tisane appropriée au soin effectué. Et surtout, pas de panique, notez vos symptômes et vos sensations, vos rêves, ou vos comportements inhabituels, voir des événements inhabituels qui suivent les soins, et parlez-en lors de la prochain consultation.
La vie est un chemin sur lequel on progresse doucement…

Marcelle Godefroid

Vous pouvez diffuser librement ce texte, à condition que ce qui suit soit inclus et que ni le texte ni la présentation ne soient modifiés.

Auteure : Marcelle Godefroid